Trésorerie: un déficit budgétaire de 25 milliards de dirhams à fin août

Selon la Trésorerie générale du royaume (TGR), relevant du ministère de l’Économie et des finances, cette évolution est due à une hausse de 5,6% à 144,4 milliards de dirhams des recettes ordinaires à fin août 2017 et à une augmentation de 7,2% à 211,5 milliards de dirhams des dépenses émises au titre du budget général, explique la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques (BSFP) d’août 2017.

 

L’accroissement des recettes ordinaires est attribuable à la hausse des impôts directs de 10,3%, des impôts indirects de 5,9%, des droits d’enregistrement et de timbre de 2,7%, conjuguée à la baisse des droits de douane et des recettes non fiscales de 7,2%, précise le bulletin.

 

Quant aux dépenses émises au titre du budget général, leur augmentation s’explique par la hausse de 4,1% des dépenses de fonctionnement, de 25,7% des charges de la dette budgétisée, ainsi que par la baisse de 4,3% des dépenses d’investissement, relève la TGR.

 

La progression des charges de la dette budgétisée, poursuit-on, s’explique pour l’essentiel par l’augmentation de 53,5% des remboursements du principal (34,1 milliards de dirhams contre 22,2 milliards) et par la baisse de 3,2% des intérêts de la dette (20,6 milliards de dirham contre 21,3 milliards).

Calcul du déficit budgétaire au Maroc: et si les chiffres étaient complètement erronés? 

 

L’évolution de la structure des dépenses du budget général entre fin août 2016 et fin août 2017 fait ressortir une baisse de la part des dépenses de personnel à 39,4%, de l’investissement à 21,1% et des intérêts de la dette à 11,6%, conjuguée à une stagnation de la part des dépenses du matériel à 22,4% et une hausse de la part des émissions de la compensation à 5,6%.

 

Les recettes des comptes spéciaux du Trésor (CST) ont atteint 53 milliards de dirhams, tenant en compte des transferts reçus des charges communes du budget général d’investissement pour 11,4 milliards et de la rentrée de 2,5 milliards au titre des dons des pays du Golfe.

 

Concernant les dépenses des CST, elles ont été de 45,9 milliards de dirhams, dont un montant de 34,9 milliards concerne les comptes d’affectation spéciale (CAS), relève la TGR, précisant que le solde de l’ensemble des CST s’élève à 7,1 milliards.

 

Les recettes des services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA) ont quant à elles, reculé de 5,8% pour s’établir à 1,8 milliard de dirhams contre 2 milliards à fin août 2016, fait savoir le bulletin, notant qu’au titre des huit premiers mois de 2017, les dépenses émises ont été de 1,1 milliard contre 980 millions de dirhams une année auparavant, soit une progression de 8,1%.

 

© Le360 (Economie)