Régime de change: le Maroc suscite des convoitises

La perspective d’un régime de change plus flexible attise les convoitises. Dans son édition du jour, L’Economiste révèle ainsi que le courtier américain FXCM envisage une implantation au Maroc, à Casablanca Finance City. Il s’agira là de la deuxième représentation du spécialiste du Forex et des CFD sur le continent, après Johannesburg. 

 

Faisant partie des plus importants courtiers dans le monde, FXCM dispose d’une base de près de 150.000 clients pour un volume moyen mensuel de 250 milliards de dollars sur le marché des changes. Une infime partie de ce volume est opérée au Maroc, où le broker travaille avec quelques banques et institutionnels, ainsi qu’avec des particuliers. Benjamin Verdot, directeur général FXCM France, confie, dans les colonnes du quotidien, que « la réforme du régime de change est un facteur qui pourrait faire pencher la balance pour une implantation au Maroc. Le pays s’ouvre de plus en plus vers l’international ». 

 

Ceci dit, le journal pointe les obstacles qui risquent de freiner les ardeurs de FXCM à court terme, à commencer par la limitation de la dotation en devises et l’absence de licence pour le trading sur marge.

 

FXCM est également spécialisé dans le courtage pour les contrats financiers pour différences (CFD), qui sont des instruments permettant de prendre des positions à la hausse comme à la baisse sur plusieurs sous-jacents dont les devises, les actions, ou encore les matières premières. C’est justement ce genre de produits dont a besoin la place Casablancaise pour être dynamisée. 

© Le360 (Economie)