Entreprises marocaines cherchent 80.000 compétences désespérément

Réalisée auprès d’un échantillon de 6.453 entreprises au niveau national, cette étude de veille prospective sur le marché de l’emploi fait ressortir que les potentiels recruteurs devront, notamment, engager plus de 7.500 cadres et cadres intermédiaires et quelque 35.500 profils qualifiés sans exigence de diplômes.

 

L’enquête a concerné les secteurs porteurs d’opportunités aux niveaux national et régional, les métiers prépondérants par régions et les besoins des entreprises en matière de formation contractualisée pour l’emploi (FCE).

 

D’après les résultats de cette étude, 45% des postes sont enregistrés dans les secteurs émergents, à savoir l’automobile, l’aéronautique, les TIC et l’Offshoring, alors que le besoin en FCE est estimé à 10.228 postes, dont 30% pour les entreprises de la région Casablanca-Settat.

 

Présentée par le directeur général de l’ANAPEC, Anass Doukkali, dans le cadre de la sixième édition de la Caravane emploi et métiers, l’enquête souligne que les projets d’investissement prévus dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima devront générer 18% des opportunités d’emploi nationales. Elle est suivie des régions de Marrakech-Safi (15%) et Fès-Meknès (14%).

 

Concernant les besoins prévisionnels de la région Casablanca-Settat par secteur, les TIC/ Offshoring occupent la première place avec 37%, puis l’automobile/aéronautique (19%) et le commerce-distribution (12%).

 

Cette veille prospective sur le marché de l’emploi menée par les conseillers en emploi de l’ANAPEC en mode face à face auprès des entreprises après validations des secteurs par le Comité régional pour l’amélioration de l’employabilité (CRAME) et les groupes de travail sectoriels (GTS), est un outil développé par l’Agence pour anticiper les besoins en recrutement et en formation des employeurs et des investisseurs à court et moyen termes.

 

La sixième édition de la Caravane emploi et métiers, a fait escale, jeudi, à Casablanca, avec pour objectif de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés et dynamiser le marché de l’emploi.

© Le360 (Economie)